Retour page1       Extrait de son journal       Arbres et branches       L'eau et le feu      Le Sahara     Vers plus d'abstraction    Livre d’or

 

Je crois qu'il faut consentir au besoin à être hors du temps ; mais à tout prix rester sincère et guidé par l'amour de son travail de peindre.
Qui le sait si on est hors du temps ? Ne pas s'en préoccuper en tout cas. Seul peindre avec son coeur est important.

On a dit de cette peinture que c'était de "l'abstraction lyrique" ou encore "Synthèse" entre le figuratif et l'abstrait.
J'appartiens à ce dernier mouvement, croyant fermement que la peinture ne doit plus être ce qu'on regarde mais un regard.


Il n'y a pas pire "mon ennemi" que l'acharnement. La matière pigmentée ne se laisse pas faire et plus je veux imprimer ma volonté à la toile, plus la matière me trahit et devient laide.
Patience... et entretien du feu qui doit au moment opportun flamber pour le jaillissement de la toile.

Peindre l'âme des choses et non seulement leur apparence.

La Tache de couleur : pour ce qu'elle a de beau en soi :
                    Un Beau Vert,
                    un Beau Bleu,
                    un Beau Rouge :
                    L'accouplement ou l'affrontement de deux tons.

L'un me dit ci... l'autre me dit ça...Qui a raison ? Seule ma certitude devrait passer en premier. Mais où est-elle cette certitude ?
Alors que souvent je me trouve en pleine contradiction : j'aime la matière forte et dense mais aussi la fluidité lumineuse, la force et la délicatesse.
Il faut un peu se laisser porter par les évènements et le Hasard. 
Savoir reconnaitre dans le Hasard la Providence venue de la main de Dieu.
Se laisser guider en toute modestie par quelque chose de plus fort.

Envie de sable : qui se met partout, puis qui nettoie la peau et la tête. Plonger dedans. Retourner dans le Désert.
Devenir Roche pour être caressée par le sable.

Dommage, toutes ces choses que l'on a pensé ou que l'on a vu dans sa tête et que l'on a ni écrites ni peintes.
Il y a dans ma tête des centaines de toiles qui ne verront jamais le jour faute de temps ou de courage.
Quand on vieillit il doit y avoir quand même un moyen de séduction. A méditer !


Retour page1